Print Friendly, PDF & Email

En bref, ce que vous allez découvrir aujourd’hui

Bien investir son argent en bourse passe par le choix crucial du style de gestion que vous allez adopter : gestion active ou gestion passive ?

Ce choix va avoir un impact ENORME sur :

  • le temps que vous allez passer à construire ET gérer votre portefeuille de placements,
  • le rendement que vous allez obtenir de vos placements.

Toutes les études démontrent que les investisseurs actifs sous-performent largement et presque systématiquement les investisseurs passifs.

Ce constat vaut tant pour les investisseurs professionnels que particuliers.

Que l’analyse porte sur 1 an, 3 ans, 5 ans ou 10 ans.

Néanmoins, l’humain étant fait d’émotions et de contradictions, nous verrons qu’il peut être envisagé d’adapter votre style de gestion à votre personnalité.

Si la tentation d’être actif est trop forte, autorisez-vous un petit pourcentage de votre portefeuille en gestion active.


Une décision capitale

Dans l’article d’aujourd’hui, nous allons aborder la question cruciale du style d’investissement à adopter pour réaliser vos placements.

Gestion active: c’est le fait d’être actif pour essayer de battre le marché des actions dans son ensemble.

Gestion passive: c’est le fait de simplement acheter et conserver un portefeuille diversifié dans le but d’obtenir le rendement du marché des actions dans son ensemble.

Vous allez voir, cela change tout.

Cela change le temps que vous allez consacrer à vos placements.

Et ça change le rendement que vous allez en retirer.

La tentation d’être actif

Quand on commence à s’intéresser aux placements financiers, on est très vite poussé à la gestion active.

Par les médias, par notre entourage mais aussi par notre nature d’Homme.

En effet, c’est dans la nature humaine de penser qu’au plus on s’occupe, au plus on fait, au plus on est actif, au meilleur sera notre résultat.

Et les médias entretiennent ce raisonnement car cela les arrange bien.

Ils vont pouvoir vous vendre toutes les actualités.

Et vous allez en redemander.

Vous voudrez toujours en savoir plus dans l’espoir que cela vous aidera à faire de meilleurs choix d’investissement.

Vous voudrez connaitre l’avis des experts sur les prévisions de croissance économique, sur le niveau d’endettement des Etats, sur la valorisation de telle ou telle société ou sur les sondages de la prochaine élection présidentielle aux USA.

Et vous vous ne voudrez pas passer à côté de cet article du mois décembre.

Celui qui vous annonce les actions préférées des analystes pour l’année à venir.

Il faut se renseigner si vous voulez bien placer vos billes.

On n’a rien sans rien.

Tout ça parait tellement logique.

Sauf que ça ne fonctionne pas comme ça.

Et puis votre entourage va vous influencer.

Notamment cet ami ou ce voisin qui fanfaronne de ses gains sur ses actions Tesla ou Amazon.

Vous aussi vous aimeriez cartonner sur une action que vous avez trouvée par vous-même.

Ce serait gratifiant non ?

Mais à nouveau, ça ne fonctionne pas comme ça.

En placements, de manière générale, au moins vous en faites, au mieux vous vous en porterez.

Soyez paresseux !

Photo prise au Jaguar Rescue Center, un centre de réhabilitation d’animaux sauvages situé au Costa Rica. Si vous aimez la protection de la nature, n’hésitez pas à les soutenir, ils sont formidables !

Bien investir son argent en Bourse. Que disent les statistiques : plutôt gestion active ou gestion passive ?

Autant vous le dire tout de suite : il n’y a pas photo !

Qu’il soit particulier ou professionnel, celui qui décide d’investir et de gérer ses placements de manière active va généralement obtenir un rendement inférieur à celui qui décide de gérer de manière passive.

1. Rendements obtenus par les gestionnaires professionnels actifs

Si vous décidez de confier votre épargne à votre banquier, celui-ci va placer votre argent dans un fonds de placements.

C’est le scénario classique.

Etant donné que ce sont des professionnels et que vous payez des frais de gestion, 1,68% par an en moyenne [1], vous vous attendez à ce que votre argent soit géré de la meilleure des manières et que le rendement obtenu des placements soit bon.

Sinon, autant investir dans un fonds ETF qui se limite à copier le rendement du marché et vous coûtera 0,38% par an, en moyenne.

Mais, vous me voyez venir, ce n’est pas ce que les études démontrent.

Et les sources sont fiables : ce sont des études réalisées par des sociétés financières de renommée internationale.

Selon Goldman Sachs, entre 2007 et 2017 sur le marché américain (de loin le plus grand marché boursier au monde) moins de 40% des fonds actifs ont réussi à faire mieux que leur indice de référence (leur benchmark).

Investir son argent gestion active gestion passive ETF sous-performance
Large cap Mutual Fund = fonds de placements investissant dans les grandes sociétés
Outperforming = surperformant
Benchmark = indice de référence, indice auquel le fonds se compare

Résultats similaires selon Morningstar.

Le tableau ci-dessous montre le pourcentage de fonds gérés activement qui ont battu leur benchmark sur les différentes périodes étudiées.

Sur la période 2009-2019, quelle que soit la catégorie de fonds et la durée étudiée, largement moins de 50% des fonds gérés activement ont réussi à performer mieux que leur benchmark.

Investir son argent gestion passive gestion active ETF performance Morningstar
Morningstar Active/Passive Barometer December 2019

« En général, les fonds gérés activement ont échoué… à battre leur benchmark…; seulement 23% des fonds gérés activement ont fait mieux que leur équivalent géré passivement sur une période de 10 ans ».

MORNINGSTAR’S ACTIVE/PASSIVE BAROMETER DECEMBER 2019

Enfin, selon Standard & Poor’s, les fonds de gestion actifs établis en Europe sous-performent le marché des actions sur tous les horizons de temps étudiés : 1 an, 3 ans, 5 ans et 10 ans.

Attention, ce tableau se lit à l’inverse du précédent.

Le tableau vous montre le pourcentage de fonds gérés activement qui a sous-performé son benchmark sur les différentes durées étudiées.

Les pourcentages sont très largement supérieur à 50%.

investir son argent gestion passive gestion active S&P ETF bourse
Les rendements des fonds actifs sont les rendements nets (après frais).

Comme vous pouvez le voir, les résultats sont sans appel.

Il n’y a pas un seul type de fonds pour lequel les gestionnaires actifs ont mieux performé que leur benchmark sur les différentes durées étudiées.

Et au plus la durée étudiée est longue, au plus le résultat est sans appel.

Ces résultats sont cruels pour les gestionnaires de fonds actifs.

Même l’ESMA [2], l’autorité européenne de contrôle des marchés financiers, le confirme :

« Active funds have higher costs than passive while net performance, for active, is lower ». 

CQFD.

Et si vous pensez qu’il suffit de choisir un excellent gestionnaire parmi ceux qui surperforment leur indice de référence parce qu’il va continuer à surperformer à l’avenir…

Une étude de Standard & Poor’s de 2020 [3] va plomber vos espoirs.

Cette étude a démontré que seul un gestionnaire sur cinq qui figurait parmi les meilleurs 25% de gestionnaires entre 2010 et 2014 est parvenu à rester parmi les meilleurs 25% durant les cinq années suivantes…

CQFD.

Enfin, on entend parfois dire que les gestionnaires actifs sont meilleurs en marchés baissiers car ils contrôlent mieux le risque.

De ce fait, ils donneraient un meilleur rendement « par unité de risque » c’est-à-dire que leur rendement, même légèrement inférieur, est en fait plus stable, plus prévisible ce qui « justifierait » un rendement un peu inférieur.

L’étude SPIVA Scorecard mid-year 2020 démontre, chiffres à l’appui, que ce n’est pas le cas.

Et la crise du Covid 19 a également été l’occasion de démontrer que ce n’est pas le cas.

–> article du Financial Times

CQFD.

La performance de la gestion active est unanimement inférieure à celle de la gestion passive.

2. Rendements obtenus par les investisseurs particuliers actifs

Même topo pour les particuliers.

Je ne vais pas réécrire ici l’article sur les erreurs des investisseurs particuliers.

Mais je rappelle que j’y démontrais que les particuliers sous-performent en moyenne de 1,3% à 4,6% par an le rendement du marché des actions dans son ensemble.

S’il vous plait, ne sous-estimez pas ces chiffres.

C’est une sous-performance majeure.

Rendement investisseur particulier en bourse selon JP Morgan

Les principales raisons de cette sous-performance sont le fait d’être trop actif et pas assez diversifié.

Et au plus un investisseur est actif, au plus son rendement se détériore.

Et vous, comment allez-vous investir votre épargne ? Gestion active ou gestion passive ?

La question cruciale est :

« Est-ce que vous pensez, en toute objectivité, sur base de vos connaissances des marchés financiers, de votre expérience et de vos convictions fortes, être en mesure de réaliser, année après année, un rendement sur vos placements SUPERIEUR au rendement moyen du marché ? »

Je rappelle qu’historiquement le marché des actions a délivré un rendement moyen annuel de l’ordre de 8% à 10% par an.

Si la réponse à cette question est non, ce qui devrait concerner la grande majorité d’entre vous, la gestion passive est faite pour vous.

C’est en investissant passivement que vous allez le mieux performer.

Il n’y a aucun doute à cela et il n’y a aucune honte à avoir.

Au contraire.

C’est faire preuve de réalisme, d’humilité et d’une volonté de bien faire que de l’accepter.

Vous avez vu que les professionnels eux-mêmes, partout dans le monde, feraient bien de gérer passivement l’argent qui leur est confié.

Si la réponse est oui, alors je vais me permettre de challenger rapidement votre conviction.

Je vous rappelle que, sur les marchés financiers, vous êtes en concurrence avec des dizaines de milliers d’autres investisseurs.

Sur quelle base allez-vous sélectionner les sociétés dans lesquelles placer votre épargne ?

Sur base d’informations publiques dont tout le monde dispose !

Sinon c’est du délit d’initié.

Vous n’avez donc aucun avantage concurrentiel à utiliser de l’information qui est publique.

Ou alors peut-être comptez-vous utiliser l’analyse de graphiques et le trading ?

La très grande majorité des traders particuliers perdent une partie substantielle de leur mise.

investir son argent gestion active trading AMF pertes nombre de transactions
Source : Autorité des marchés financiers – AMF France

Vous n’avez aucun avantage concurrentiel à utiliser des techniques qui font perdre de l’argent à l’ultra grande majorité des investisseurs.

investir son argent pertes de trading étude AMF Autorité des Marchés Financiers
Source : Autorité des marchés financiers – AMF France

Ou peut-être comptez-vous analyser les bilans et comptes de résultats des sociétés à la recherche des indicateurs économiques et financiers pour vous indiquer quelle action acheter et quand ?

Je vous présente ci-dessous les résultats d’une étude de Vanguard [4].

L’étude analyse dans quelle mesure différents indicateurs souvent cités par les analystes et experts de la finance ont été capables de prédire le rendement futur des actions.

Les indicateurs analysés ont été: le ratio cours/bénéfice (PE ratio), le ratio dette publique sur PIB, le rendement de dividende, des modèles sophistiqués d’analystes financiers, l’évolution récente du PIB, le consensus des analystes sur le taux de croissance des bénéfices des sociétés cotées.

L’étude conclut que:

  1. Le rendement à court-terme des actions est imprévisible,
  2. Même l’indicateur le plus « fiable », le ratio cours/bénéfice (PE ratio), n’a en réalité démontré qu’une capacité prédictive faible,
  3. Tous les autres indicateurs étudiés ont eu une capacité de prévision nulle ou en tous cas non significative d’un point de vue statistique: « In fact, many popular signals have had a lower correlation with the future return than rainfall – a metric few would link to Wall Street performance ».

Je souligne que ces résultats signifient que les chercheurs ne trouvent aucune corrélation statistiquement significative entre le niveau de rendement futur d’une action et les attentes des analystes.

Que ces attentes concernent la croissance du PIB ou le bénéfice des entreprises.

Aucune corrélation…

J’ai une petite pensée pour les heures passées devant ma télévision ou à lire des articles de journaux consacrés aux attentes des analystes…

Quand votre psychologie lutte contre les faits

On peut tourner le sujet dans tous les sens, pour la très grande majorité des investisseurs, même ceux qui sont bardés de diplômes et d’expérience, la gestion active détruit généralement du rendement.

Il n’y a donc aucune raison rationnelle à gérer une quelconque partie de votre portefeuille de façon active.

Mais peut-être y a-t-il une raison irrationnelle à le faire…

Hé oui, nous sommes des humains.

Faits d’émotions et d’imperfections.

Pour l’illustrer, j’aimerais faire un parallèle avec les régimes destinés à perdre du poids.

Scientifiquement parlant, le régime le plus strict sera le plus efficace.

Mais s’il vous prive de tout plaisir de manger, beaucoup finiront par craquer.

C’est la raison pour laquelle les bons régimes tiennent compte de vos « faiblesses » parce qu’ils savent que le résultat final en sera amélioré.

En placements c’est la même chose.

Si vous voulez à tout prix être actif, parce que vous aimez « boursicoter », suivre les actus, tenter des « coups », parce que ça va vous démanger, etc.

Alors autorisez-vous un (petit) pourcentage de votre portefeuille en gestion active.

C’est mieux que de tout mettre en gestion passive et puis créer un compte parallèle dans lequel vous allez « vous lâcher ».

Donc oui, l’idéal est d’avoir tous vos placements en gestion passive.

Mais si cela ne correspond pas à votre personnalité, à vos envies profondes malgré la conviction que la gestion passive est ce qui vous apportera le meilleur rendement…

Alors faites de la place pour un petit peu de gestion active dans votre portefeuille.

Mais n’oubliez jamais la règle d’or : diversifiez !

Quelle solution si vous souhaitez malgré tout faire de la gestion active

Si vous souhaitez intégrer de la gestion active dans votre portefeuille, avez-vous pensé à le faire en utilisant l’outil de gestion passive par excellence : les ETF !?

En effet, la gestion active ne signifie pas forcément et uniquement « acheter des actions individuelles qui sont le reflet de vos convictions ».

Surpondérer un secteur ou une zone géographique, c’est aussi faire de la gestion active.

La gestion active, c’est faire de la place dans votre portefeuille pour que celui-ci reflète vos convictions d’investisseur.

Ainsi, vous pourriez utiliser des ETF ciblés pour gérer activement une partie de votre portefeuille de placements.

Il existe des ETF dédiés aux sociétés actives en intelligence artificielle, en robotique, en biotechnologies, en private equity, des ETF dédiés aux sociétés africaines, aux sociétés indiennes, etc.

Vous allez donc pouvoir investir de manière thématique ou régionale grâce aux ETF sans avoir à acheter des actions individuelles.

ETF répartition géographique thématique investir son argent
Source de l’illustration : Lyxor Asset Management

En utilisant des ETF, vous vous garantissez une bonne diversification de vos placements actifs.

Mot de la fin

Vous l’avez vu, entre gestion active et gestion passive, il n’y a pas photo.

Mais il nous faut concilier la réalité statistique de sous-performance de la gestion active avec notre statut d’humain, fait d’émotions et soumis à de nombreuses influences.

Pour ce faire, constituer un portefeuille incluant non seulement des actions mais aussi des obligations et de l’or, comme expliqué dans l’article sur la gestion du risque, permet de réduire la volatilité de votre portefeuille.

Cela vous aidera grandement à rester calme en toutes circonstances et à vous tenir à votre plan d’investissement.

Autrement dit : une bonne diversification vous aide à rester passif.

De cette manière, vous éviterez de craquer et de gérer activement vos placements quand il y a tempête sur les marchés.

C’est la raison pour laquelle vous trouvez sur le site une rubrique « Articles essentiels ».

Vous y trouverez un cheminement logique pour vous constituer un portefeuille équilibré, diversifié et à frais réduits.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

  1. Bonjour
    Recommandez vous d’ouvrir plusieurs assurances vie ? Est-ce toujours un bon placement ? Je n’ai aucune compétence pour une gestion active. J’ai donc une assurance vie et je pensais en ouvrir une deuxième. Sinon quels placements conseillez-vous ? Je viens déjà de me faire arnaquer par un cabinet en ligne et je ne sais plus quoi faire. Je suis en retraite actuellement.
    Merci pour vos conseils

    1. Bonjour Elisabeth, sur le sujet des assurances-vie, je vous conseille de vous renseigner sur le site avenuedesinvestisseurs.fr. Leur site est très complet et l'information est de qualité. Pour minimiser vos risques, quels qu'ils soient, la diversification est toujours la solution. Vous devez savoir si vous êtes prête à vous former pour investir par vous-même ou pas. Si oui, EducationFinance vous aidera grandement. Je dirige mes lecteurs vers la constitution d'un portefeuille bien diversifié. L'objectif est d'investir principalement en actions, obligations et or et détenir les actifs de manière passive. Il faut investir et laisser la rentabilité des actifs vous porter. Si vous ne souhaitez pas vous former pour investir par vous-même, vous allez devoir déléguer cette tâche et donc choisir des intermédiaires de confiance. Renseignez-vous sur le site mentionné plus haut et diversifiez sur quelques intermédiaires.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}