Print Friendly, PDF & Email

En synthèse, ce que vous allez découvrir aujourd’hui

Estimer le rendement attendu des actions permet d’avoir en tête un ordre de grandeur réaliste pour le rendement de votre portefeuille.

Le rendement attendu d’un investissement à long terme en actions de pays développés, tel qu’estimé par les plus grandes firmes de gestion d’actif au monde telles que Blackrock, Vanguard, JP Morgan, UBS, Crédit Suisse, Schroders et Robeco est compris entre 4,25% et 6,5% par an.

Notez que ce rendement attendu des actions, bien que en baisse, reste supérieur de 5% à 7% par an au rendement délivré par des obligations d’Etat sans risque.

La rémunération pour le risque pris reste donc conséquente.

Néanmoins, on note que le rendement attendu est inférieur aux rendements réalisé historiquement.

Ceci s’explique par l’érosion des moteurs de croissance économique mondiale : croissance démographique en baisse, croissance de la productivité en baisse, endettement élevé des Etats, des sociétés et des ménages et vieillissement de la population.

Dans une enquête dédiée, Schroders constate par ailleurs que les attentes de rendement des investisseurs particuliers sont sensiblement supérieures aux attentes des analystes mentionnées ci-dessus.

Ceci crée, pour les particuliers, un risque de désillusion et d’impatience par rapport aux résultats réalisés.


L’objectif de cet article n’est pas de prédire l’avenir. Personne ne le peut ! Nous allons simplement nous appuyer sur les rendements historiques mais aussi sur les principes de finance (notamment : chaque risque doit être rémunéré et la valeur d’une action est l’actualisation des résultats futurs de l’entreprise concernée) pour avoir un ordre de grandeur du rendement qu’il est raisonnable d’attendre de vos placements en actions.

Introduction

Le rendement, c’est le nerf de la guerre.

La raison pour laquelle vous investissez et acceptez de prendre du risque.

En l’échange de ce risque, vous attendez une rémunération, une compensation, un rendement.

Celui-ci doit vous satisfaire à deux niveaux :

  1. en absolu : un rendement positif et en ligne avec vos attentes,
  2. proportionnellement au risque pris : si vous investissez en actions, vous attendez un rendement supérieur au rendement de vos liquidités déposées sur votre compte bancaire et supérieur au rendement des obligations.

De quel rendement des actions parle-t-on ?

Lorsqu’on parle du rendement des actions, on parle du rendement brut d’un placement dans le marché des actions dans son ensemble (brut = sans tenir compte des frais, taxes et impôts).

Par exemple, pour un investissement sur le continent européen, on peut considérer que le rendement du marché des actions est représenté par la performance de l’indice EuroStoxx 600.

Source : tradingview.com

Parler du rendement du marché revient à parler du rendement d’un investisseur qui investit passivement et de manière diversifiée sur le marché des actions.

Nous pouvons nous appuyer sur la théorie financière et l’histoire pour estimer une fourchette de rendement attendu.

Par contre, il est impossible d’estimer un rendement attendu d’un investisseur actif.

Si ce n’est que celui-ci sera très probablement inférieur au rendement de l’investisseur passif : en moyenne les investisseurs actifs sous-performent les investisseurs passifs de 1,3% à 4,6% par an [1] et investir de manière peu diversifiée augmente vos chances de sous-performer le marché des actions dans son ensemble [2].

En d’autres termes, si vous choisissez de gérer votre portefeuille de placements autrement que de manière passive et diversifiée, votre rendement attendu sera inférieur aux rendements exposés ci-dessous.

Rendement attendu et rendement réalisé

Le rendement attendu est celui que vous allez estimer AVANT d’investir, sur base essentiellement de la durée et du niveau de risque de votre investissement.

Le rendement réalisé est celui que vous allez réellement percevoir et que vous pourrez uniquement constater A LA FIN de l’investissement.

Ce sont donc deux choses différentes.

Personne ne connait l’avenir.

Personne ne peut vous dire avec absolue certitude combien vous allez retirer d’un placement donné.

Quel a été le rendement historique des actions ?

Le rendement réalisé dépend de la période étudiée et du marché sur lequel l’investisseur a été actif.

rendement historique d'un placement en actions
Source: Ross, Westerfield, Jaffe, “Corporate Finance”
Stocks = actions, government bonds = obligations d’Etat, treasury bill = obligations d’Etat à court-terme (< 1 an).

Ci-dessus, nous voyons l’évolution d’une somme de 1$ investie en 1925 dans différents actifs.

Au niveau mondial, pour un investissement de long terme, les actions ont rapporté près de 10% par an de rendement nominal.

Par ailleurs, il est également utile de s’intéresser à la dispersion de ces rendements historiques.

On voit sur le graphique ci-dessous que le rendement annuel d’un investissement en actions américaines a fortement fluctué d’une année à l’autre (les histogrammes verts).

Le niveau d’incertitude quant au rendement annuel d’un placement en actions est assez élevé.

Vous pouvez être quelque part entre -30% et +50%.

Mais si on se concentre sur le rendement annuel réalisé par blocs de 10 années d’investissement (la ligne rouge), on voit que ce rendement a presque toujours été positif.

rendement historique d'un placement en actions-Bourse
Source: E. Dimson, P. Marsh, M. Staunton, Triumph of the Optimists: 101 Years of Global Investment Returns, Princeton University Press (2002)

C’est la raison pour laquelle on considère qu’un investissement en actions doit se faire avec une optique de moyen à long terme.

Sinon, ce n’est pas un investissement mais plutôt de la spéculation.

Risque et rendement : les inséparables

Au fond, pourquoi est-il normal d’attendre un rendement d’un placement ?

Pour deux raisons :

  1. Parce qu’en investissant, vous vous privez de vos liquidités et de la possibilité d’en faire autre chose. Le rendement attendu d’un investissement comporte donc une « valeur temps ». Celle-ci sera d’autant plus grande que la durée de votre investissement est longue,
  2. Parce que vous attendez un rendement en l’échange du risque de perdre tout ou une partie de votre investissement. C’est la « prime de risque ».

Souvenez-vous de l’article sur les taux d’intérêts, il y a une valeur temps et une valeur risque à chaque placement.

Et c’est la somme de ces deux valeurs qui permet d’estimer le rendement attendu de votre placement.

Dans le contexte actuel de taux en Euros proches de zéro, la valeur temps est proche de zéro.

Cela signifie que « le marché » ne vous rémunèrera pas pour immobiliser des fonds dans un investissement puisque vos liquidités laissées non investies ne vous rapportent quand même rien.

Ne reste donc pour rémunérer votre placement en actions que la prime de risque.

La « disparition » de la valeur temps est la raison pour laquelle le rendement attendu sur un placement en actions tel que calculé aujourd’hui, vous allez le voir, est plus faible que le rendement réalisé sur les actions par le passé.

En pratique, comment estime-t-on le rendement attendu des actions ?

Par la somme de la valeur temps et de la prime de risque :

Rendement attendu sur les actions = taux sans risque à 10 ans + prime de risque

Quel est le taux sans risque ?

En zone Euro, c’est le taux de rendement obtenu sur un placement sans risque, à savoir une obligation d’Etat Allemand à 10 ans.

Actuellement, ce taux est de -0,50%.

Comment estimer la prime de risque ?

C’est plus subjectif que le taux sans risque.

La prime de risque est une estimation faite par les analystes financiers.

Cette estimation peut varier fortement d’un analyste à l’autre.

Mais on estime, sur base d’observations historiques, que la prime de risque d’un investissement en actions se situe entre 4% à 5,5% par an.

En d’autres mots, un investissement passif et diversifié en actions devrait toujours à long terme rapporter un rendement annuel de 4% à 5,5% supérieur au rendement d’un placement en obligations sans risque à long terme (obligations de l’Etat allemand).

Et ce, quelque soit le niveau du taux sans risques.

Pour un placement en actions, cela nous amène donc aujourd’hui dans une fourchette de rendement attendu comprise entre 3,5% et 5% par an.

Si on me demandait d’estimer le rendement attendu des actions, c’est cette fourchette de rendements que je donnerais.

Mais vous allez voir que les grands gestionnaires d’actifs sont un peu plus optimiste.

Quel est le rendement attendu sur actions selon les plus grandes sociétés de gestion d’actifs au monde ?

Estimations de Blackrock

Blackrock est une société américaine, leader mondial des fonds ETF. C’est le plus grand gestionnaire d’actifs financiers au monde avec plus de 7.000 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Voici les attentes de rendement à 15 ans pour le marché des actions (vert) et des obligations (jaune).

Blackrock attentes de rendement d'un placement en actions
Source : Blackrock.comEquities = actions, Small cap = petites capitalisations (petites sociétés), Bonds = obligations, EM = emerging markets (marchés émergents)

La largeur de la barre définit la fourchette de rendement dans laquelle Blackrock attend le rendement annuel de l’actif en question.

Le rond au centre est le rendement attendu le plus probable.

Au plus la barre est large, au plus il y a de l’incertitude sur le rendement final.

C’est très notable sur le rendement attendu des actions chinoises par exemple.

Mais de manière générale, les attentes de Blackrock sont comprises entre 5% et 7,5% de rendement par an pour les actions.

Par ailleurs, les attentes sont proches de 0% pour les obligations d’Etat et les obligations de sociétés à bonne solvabilité.

Estimations de Vanguard

Vanguard est une société américaine. Deuxième émetteur mondial de fonds ETF ayant plus de 6.000 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

« Nous prévoyons que le rendement moyen annualisé au cours des dix prochaines années se situera entre 5 et 7% pour les actions de la Zone Euro et entre 4 et 6% pour les actions hors Zone Euro. » [3]

Estimations de JP Morgan

JP Morgan est la plus grande banque des Etats-Unis. Présente dans plus de 100 pays à travers le monde. Elle a plus de 2.800 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Les attentes, pour le marché des actions des pays développés s’élèvent à 5,7% et pour les pays émergents, à 8,7%.

Estimations d’UBS

UBS est une banque suisse vieille de plus de 150 ans. Elle est la plus grande banque de gestion de fortune au monde. Emploie 65.000 personnes et a 3.500 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Les attentes des analystes d’UBS pour un portefeuille diversifié d’actions mondiales (pays développés et émergents mélangés) s’élèvent à 7,5% [4].

Si on exclu les pays émergents et qu’on isole le rendement attendu pour les actions des pays développés, on peut l’estimer à 6,5% par an.

Estimations de Credit Suisse (en collaboration avec la London School of Economics et les professeurs de la Cambridge University)

Credit Suisse est un groupe bancaire suisse de premier ordre disposant d’une présence mondiale. Elle emploie plus de 40.000 personnes et a 1.500 milliards d’Euros d’actifs sous gestion.

Credit Suisse estime une prime de risque future des actions de 5% par an ce qui revient à un rendement attendu de 4,5% par an pour les actions [5].

Estimations de Schroders

Schroders est une société britannique ayant près de 500 milliards d’Euros d’actifs sous gestion.

Les attentes de Schroders pour le marché des actions des pays développés se situent entre 3% et 5,8% par an [6].

Schroders attentes de rendement d'un placement en actions

Pour tous les marchés développés, les attentes de rendement sont en baisse par rapport aux rendements réalisés ces 10 dernières années.

Cela fait écho à ce que nous avons vu plus haut.

A savoir qu’avec les taux d’intérêts à 0%, l’investisseur n’est plus rémunéré pour le temps durant lequel il immobilise son argent.

Il est donc logique que le rendement attendu dans un environnement de taux à zéro soit inférieur au rendement réalisé lors de périodes où les taux étaient positifs, voire largement positifs.

Cette baisse de rendement attendu des actions fait écho à la baisse des taux d’intérêts qui elle-même fait écho à la baisse de tous les relais de croissance dans les économies développées : croissance démographique en baisse, croissance de la productivité en baisse, endettement élevé et vieillissement de la population (baisse des capacités humaines de production).

On remarque aussi les grandes attentes de Schroders pour les actions des pays émergents (Amérique Latine, Asie hors Japon, certains pays africains, certains pays d’Europe de l’Est).

Cette surperformance attendue est entourée de plus de risques et incertitudes.

Estimations de Robeco

Robeco est une société néerlandaise de gestion d’actifs ayant 170 milliards d’Euros d’actifs sous gestion.

Nous voyons que les attentes de Robeco pour le marché actions des pays développés sont de 7% par an.

Bonds = obligations, Equity-like = actions,
Domestic = national, Developed = pays développés,
Emerging = pays émergents, Real estate = immobilier,
Commodities = matières premières

Quelles sont les attentes de rendement des particuliers ?

Schroders a publié une enquête réalisée auprès de 25.000 particuliers de 32 pays à travers le monde.

attentes de rendement d'un placement en actions par les particuliers
Source: Schroders Global investor study 2019

On se rend compte que près de 50% des sondés attendent un rendement de plus de 10% par an.

16% attendent même un rendement d’au moins 20% par an…

Cela est surprenant car ces niveaux de rendements attendus sont supérieurs voire nettement supérieurs aux rendements réalisés par le passé.

Ces investisseurs ne semblent d’ailleurs pas du tout prendre en compte la baisse marquée du niveau des taux d’intérêts qui est le reflet du fait que les moteurs de croissance mondiale sont grippés.

Tableau récapitulatif des rendements attendus

attentes de rendement attendu pour un investissement en actions de la zone euros et des pays développés

Mot de la fin

Estimer le rendement attendu des actions permet d’avoir en tête un ordre de grandeur réaliste pour le rendement de son portefeuille.

C’est important d’un point de vue psychologique.

Cela permet d’éviter de créer un ascenseur émotionnel avec des attentes trop élevées.

Des attentes trop élevées vont vous rendre impatient et augmenter votre propension à agir (ce qui est contre-productif).

Cela va également diminuer votre résilience en marchés baissiers.

Avoir des attentes de rendement réalistes vous aide donc à mieux tenir vos investissements sur le long terme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

  1. Merci pour ce tour d' horizon, Christophe.
    J'ai une remarque: on constate que les actions type ISR (investissement socialement responsables) ont vraiment le vent en poupe ces temps-ci: pour un potefeuille diversifié ISR en ETF, on voit +31% pour 2019, et +25% pour 2020 (courtier Francais Nalo). Ces performances me paraissent un peu folles.

    1. Bonjour David. Effectivement, je suis aussi assez interpellé par ce niveau de performances. A ce jour, les études sur le rendement des placements ISR ne démontrent pas de surperformance de cette thématique. Un tel rendement ne peut à mon avis venir que d'une concentration à la fois géographique (USA) et sur la branche "thématique" de l'ISR (voir ci-dessous). La sphère ISR inclut des indices boursiers larges filtrés ISR mais aussi des fonds thématiques (gestion de l'eau, changement climatique, etc.). Les fonds ISR comportent souvent beaucoup moins de titres que les fonds non ISR. Il faut donc bien comprendre qu'on prend un risque de concentration. Et à long terme, la concentration ça ne paie généralement pas. En concentrant ses placements, on augmente le risque, on s'éloigne de l'investissement et se rapproche du pari sectoriel. Je ne suis pas du tout opposé à l'ISR mais la question est de savoir quel pourcentage de son portefeuille on alloue à cette thématique. Note que d'autres thématiques sont potentiellement porteuses (robotique, intelligence artificielle, cloud, batteries, etc.). Je trouve que Nalo est très ouvert et objectif sur le sujet : https://blog.nalo.fr/investissements-eco-responsables-performants/.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Ces cookies sont utilisés, le cas échéant, pour vous proposer des publicités personnalisées sur Facebook.

Facebook pixels
Facebook pixels

Analytics

Ces cookies sont utilisés afin d'obtenir des statistiques de visites du site.

Google analytics
Google analytics

Other